visites

 CAMPAGNE 2014

 



Retrouvez notre communication pendant la campagne 2014 présentée par ordre chronologique à partir du bas.

La liste et le programme y figurent  -  Rien n'a été rajouté  -  Rien n'a été modifié



 


 

NOUS SOMMES DANS LA PLACE !

Dimanche 23 mars 2014, le combat acharné mené à son terme par l’équipe d’Alternative litoise a porté ses fruits.

La porte de la forteresse a volé en éclats, trois d’entre nous ont pénétré la place.

4 Litois sur 10 nous ont apporté leur soutien. Pas suffisant pour gagner, certes, mais largement suffisant pour bousculer l’establishment et le forcer à se remettre en question.
Je les remercie et les félicite d’y avoir participé par ce choix réfléchi.

La maigre attribution de 3 sièges obtenus en conseil municipal et 1 siège en conseil communautaire n’est certes pas représentative du nombre de suffrages obtenus, le suffrage à bulletin de liste n’a pas été à notre avantage, mais il est conforme au choix d’un gouvernement élu à la majorité des citoyens, et il faut le rappeler, conforme à la démocratie que nous défendons.
Partis de rien et seulement armés de nos convictions, nous avons voulu savoir et surtout comprendre. Nous avons fouillé, décortiqué, approfondi, et nous avons trouvé, beaucoup trouvé !
De nos investigations, deux principes se sont dégagés :

- La gestion d’un système, d’abord. Sur les certitudes, nous avons tout expliqué, clairement, en fournissant des sources fiables et avérées, mais prudemment, avec la volonté première de ne pas stigmatiser les personnes et de ne pas heurter les sensibilités.
Avoir opté pour la réserve, c’était un choix concerté. Nous ne voulions pas être les boucs émissaires d’une fracture entre citoyens.

- Le deuxième principe, c’est l’organisation du système lui-même.
De la nébuleuse « Maison de retraite » à l’organisation tentaculaire bien ficelée, nous n’avons rien dit.
De l’organisation des ressources humaines dont l’objectivité dans le recrutement est pour le moins « originale », nous n’avons rien dit.
Des manipulations de chiffres présentés au sein même de notre bulletin dit « d’information »,  nous n’avons rien dit.
De tous ces sujets, enfin, qui alimentent régulièrement la rumeur publique accompagnés des qualificatifs juridiques qui les caractérisent, et pour lesquels, je resterai, pour l’instant du moins, volontairement évasif, nous n’avons rien dit.
Là encore, la réserve a été de mise et si certains nous l’ont reprochée, convaincus que nous sommes passés à côté de nombreux suffrages, d’autres en revanche nous ont trouvés « pas gentils quand même ! ».
On peut effectivement se poser la question du choix de l’attitude qu’il aurait fallu adopter,  je n’ai personnellement aucun regret sur les options choisies pour les avoir adoptées en concertation avec mes colistiers, particulièrement par respect du rejet aux critiques acerbes qu’ont exprimé nos plus jeunes.

 N’ayant plus rien à perdre, mais tout à gagner à confirmer une détermination intacte,  je ne résiste toutefois pas au plaisir de partager avec vous ce qu’aurait du être l’introduction de ma première réunion publique, où j’avais prévu, alimenté de dérision plutôt que d’acerbité de mettre l’accent sur des choix de réalisations contestées.
De parler par exemple de nos trois panneaux lumineux d’information, qui n’ont de lumineux que la présomption de leur taille et de l’expression d’une pseudo identité, car pour le reste, on est passé à côté, il y a eu un loupé sur la fonctionnalité. Consultable sans problème la nuit, il faudra choisir les jours de forte couverture nuageuse pour les consulter de jour. Nous avons du alimenter les railleries de nos voisins Juliennois et St Gironnais, qui eux par contre n’en possèdent qu’un, beaucoup mois prétentieux, idéalement implanté, et qui fonctionne !

Que dire aussi de nos révolutionnaires plantations. Alors que nous n’arrivons pas à entretenir l’existant, on vient encore et encore nous en rajouter. Et quelle essence ! Du jamais vu dans les centres-villes, l’expression de notre forêt au cœur de notre village. Vous réfléchissez sûrement à ce que ça peut-être, vous cherchez peut-être où on a bien pu planter des pins ? Vous n’y êtes pas, regardez plutôt du côté du sous-bois. Cet agressif envahisseur que nos ancêtres repoussaient à grand coups de croissant, les ajoncs, les « yaougues » comme ils les appelaient en patois.
Planter des yaougues, il fallait oser. Oser le proposer d’abord et le faire accepter ensuite. Coup de chapeau au paysagiste qui a réussi ce double tour de force. Nous y avons eu droit et nous avons payé pour ça.
Nos anciens ont du se retourner dans leur tombe en soupirant « autres temps, autres mœurs ! Voilà maintenant qu’ils payent pour qu’on leur plante des yaougues !»

Mais tout ceci n’est qu’à l’image de ce que nous connaissons déjà. L’histoire n’est qu’un éternel recommencement.
Nous avons déjà donné par le passé dans d’autres délires. Les tribunes du stade par exemple, qui à défaut de protéger de la pluie invitent votre esprit à vagabonder, à s’imaginer, pourquoi pas l’envol d’un oiseau ou l’atterrissage d’un papillon. Un grand moment de poésie, peut-être pour vous aider à oublier que vous êtes en train de vous transformer progressivement en éponge ?

Et juste à côté, la salle dite « polyvalente » dont la réalisation aura matérialisé l’assouvissement de fantasmes architecturaux au détriment d’une étude pragmatique de fonctionnalité.
Nous en payerons les conséquences, financières immédiatement à la conception et pratiques ensuite à l’usage.

Un petit clin d’œil sur le sens de circulation retenu au centre-bourg. Sûrement parti du bon sentiment de fluidifier la circulation, mais réfléchi la tête à l’envers. Buter sur un sens interdit qui vous invite au demi-tour du rond point 500 m plus loin, ça crée une sacré dynamique de circulation, très appréciée en pleine saison par une population citadine en manque d’embouteillages. Aller-retour, un kilomètre de pur bonheur à savourer sans modération à la vitesse d’un escargot.

Je glisse rapidement sur l’aménagement du stationnement, ramenant les plus anciens à la nostalgie de l’apprentissage du créneau, mais sanctionné cette fois par l’éclatement d’un pneu ou la casse d’une jante.

J’en passe et des meilleures, mais ce qu’il faut en retenir, complété avec tout ce que nous avons auparavant dénoncé et pourtant clairement expliqué durant notre campagne, c’est que 6 Litois sur 10, ont cautionné dimanche 23 mars ce bilan !

Nous avons donc, Stéphanie Marc et moi, du pain sur la planche ! Avec l’aide du groupe, nous avons convaincu  prés de 40% des électeurs. Si nous réalisons le tour de force d’amener ce pourcentage au futur conseil municipal, nous pouvons espérer faire passer de bonnes idées.
Nous avons déjà fait sans le vouloir un grand pas. Notre programme visible sur Internet depuis mi-janvier a atterri pour au moins 80% sur leurs projets de ce nouveau mandat. Fort de cette volonté commune, nous n’avons qu’à nous assurer qu’il se réalise.
N’y manque que la révision du sens de circulation et l’amélioration du stationnement. Je mettrais toute mon énergie pour les faire passer.

Voilà notre mission. Rien ne nous effraie. Avec l’impulsion de la confiance que nous ont témoignés 4 Litois sur 10, plus ceux qui vont, je n’en doute pas, rapidement retrouver la lumière, Lit et Mixe a, enfin, gagné son opposition.

Nous veillerons au grain

Pierre JUYON, Le 24 mars 2014                                                           Imprimer

 


  

UNE GAGNANTE : LA DEMOCRATIE !   

Voilà. Nous avons fait une belle et bonne campagne !

Pour nous, Pierre Juyon, ses colistières et ses colistiers, cette campagne municipale aura été une expérience totalement inédite. Aucun d’entre nous, la plupart pourtant actifs ou l’ayant été dans le mouvement associatif, n’avait, en effet, jusqu’alors, été engagé dans une telle expérience civique. Pour nous, cette campagne fut parfois très prenante. Elle ne fut jamais déprimante. Elle fut, le plus souvent, humainement, passionnante.

Et puis, pour tous les habitants de Lit et Mixe, et même pour ceux des communes voisines, cette campagne aura été une sacrée surprise.
Car qui aurait dit, il y a six mois encore, que l’élection municipale à Lit et Mixe se déroulerait, en 2014, tout simplement normalement ?
Normalement, c’est-à-dire, en soumettant le bilan d’une gestion municipale à l’examen et au jugement des citoyens.
Normalement, c’est-à-dire, en rompant avec cette véritable « exception litoise » qu’était la liste unique.
Normalement, c’est-à-dire, en proposant une nouvelle manière d’administrer les affaires communales, en rompant avec l’exercice personnel du pouvoir, en redonnant, enfin, la parole aux administrés.

Autant dire que, quel que soit le résultat des urnes, ce dimanche qui vient, nous connaissons déjà un vainqueur, et ce vainqueur, c’est la… démocratie.

Maintenant, le moment est venu de la réflexion. Les critiques ont été portées. Les arguments en défense ont été produits. Les opinions peuvent se forger.
Ce simple échange, démocratiquement élémentaire, aura d’abord permis de prendre la mesure des dépenses engagées, pour des réalisations très discutables. Ainsi, les chiffres fournis par le maire sortant lors de sa réunion publique auront, à plus d’un, donné le tournis :

  • 1 million d’euros pour la cantine !
  • 1, 7 millions d’euros pour l’aménagement, si controversé, du centre Bourg !
  • 67 000 euros déjà dépensés pour seulement des « études » préalables à la réalisation d’un centre technique !
  • 330 000 euros pour la réhabilitation du poste de sauvetage au Cap de l’Homy !

Dans le même ordre d’idée, et malgré toutes les dénégations, malgré tous les artifices de présentation, malgré un luxe d’arguments spécieux, le débat aura bien montré que la politique d’endettement de la commune a toujours été gagée sur la « vache à lait » des Pelindres.
Et, sans le débat, nous n’aurions pas compris qu’avec la dernière opération, « Les Pelindres II », nous avons été à deux doigts de la catastrophe ! Car, nous le savons aujourd’hui, c’est un miracle - dans lequel il serait intéressant de savoir qui a tenu le rôle du Saint Esprit - que les 11 hectares de forêt aient été convertis en mètres carrés constructibles. Sans ce « miracle », nous avions trente ans pour pleurer le remboursement des 2 millions et demi de dette contractée si dangereusement.

Et puis, faut-il ajouter que, sans le débat, la lumière n’aurait pas été faite sur les impôts. Moins d’ailleurs sur leur augmentation - dont personne ne pouvait douter - que, encore une fois, sur les méthodes de la municipalité sortante. A quoi rime de tordre ainsi les chiffres ? Faut-il être accroché au pouvoir pour se cacher derrière des artifices de présentation aussi dérisoires !

Bon. Chacun jugera.

Nous, nous avons pris le parti de la sincérité, de la vérité des chiffres, de la transparence des comptes, de la confrontation des analyses.
Nous, nous avons fait le choix, sur Internet, de n’exercer aucune censure. Merci, d’ailleurs aux internautes d’avoir été respectueux de cette liberté.
Nous, nous pensons que le débat, loin d’être l’ennemi de l’union, est la condition d’un rassemblement réfléchi.

Au fond, nous sommes heureux, et peut-être même un peu fiers, d’avoir contribué à ce que, dimanche 23 mars 2014, les Litoises et les Litois auront, non seulement, « Enfin, le choix », mais encore, qu’ils disposeront de tous les éléments d’un choix éclairé. 

 Aux urnes citoyens !                                     Imprimer

 


 

 NOTRE PROGRAMME

1-  L’URBANISME

  • Elaborer un plan de circulation pragmatique dans le village en jonction cohérente avec les axes principaux.
  • Améliorer le stationnement dans le centre-ville.
  • Créer en zone artisanale, un centre technique municipal regroupant l’ensemble des services, techniques, administratifs et matériels.
  • Promouvoir l’activité économique en créant un projet dans la zone artisanale.
  • Etudier le passage sécurisé des piétons et des vélos accès sud du village (route de Mixe).
  • Améliorer la circulation des piétons accès nord du village (route de St Julien).
  • Installer des abribus à chaque station.
  • Accélérer l’étude sur l’aménagement du Cap de l’Homy.
  • Créer une aire pour les camping-cars.
  • Ouvrir une enquête publique pour la réalisation de la rocade est.

2-  L’ENVIRONNEMENT

  • Adopter une politique éco responsable avec une optimisation de la gestion de l’énergie (véhicules, bâtiments et voirie).
  • Réfléchir aux moyens de réduction de la vitesse (radars pédagogiques, ralentisseurs…).
  • Surveiller l'entretien régulier des cours d'eau, des fossés et des buses de pont
  • Organiser la gestion du nettoyage du village pour assurer la propreté des rues, des chemins, des locaux, et des deux cimetières.
  • Etablir un plan de gestion des espaces verts / entretien des haies et des plantations.
  • Etudier la mise en discrétion des conteneurs poubelles.
  • Analyser l'état du réseau captage et distribution d'eau potable / évaluation des travaux de réfection.
  • Etudier le raccordement à l’égout de la zone artisanale.

3-  L’ENFANCE

  • Aménager un groupe scolaire pour regrouper les écoles (primaire et maternelle) et la cantine.
  • Etudier la création d’un centre de loisirs permanent pour les mercredis après-midi et les vacances scolaires.
  • Aménager une véritable aire de jeu.
  • Etudier en collaboration avec l’équipe enseignante, la mise en place d’un Conseil Municipal des enfants pour  l’apprentissage à la citoyenneté en participant à la vie locale.
  • Favoriser les rencontres intergénérationnelles (maison de retraite).

4-  LE SOCIAL

  • Etudier la création d’un pôle santé.
  • Mettre en place un plan communal de sauvegarde:
    - 
    création d’une cellule de crise des risques majeurs (tempêtes par exemple)
    - 
    recensement des personnes à risque
    -  gestion et responsabilités des bénévoles en collaboration avec les services de secours
  •  Analyser les possibilités d’amélioration de la qualité de vie à la Maison de retraite.

5-  LA VIE LOCALE

  • Nommer des délégués de quartiers afin d’assurer le retour des besoins au Conseil Municipal.
  • Créer un foyer pour les jeunes.
  • Mettre en place une cérémonie d'accueil pour les nouveaux arrivants.
  • Maintenir à jour le site internet municipal ; offrir les informations sur la vie du village, les manifestations à venir, les démarches administratives,...

6-  LA CULTURE / Associations Culturelles

  • Privilégier et entretenir un lien étroit avec les associations culturelles.
  • Aider au développement de la vie culturelle (concert avec des petits groupes, théâtre de rue, jumelage...).
  • Etudier les possibilités d’évolution de la bibliothèque (accès, accueil de groupes, moyens informatiques…).
  • Aider à la relance du comité des fêtes (inter associatif).
  • Etudier la restauration de la salle de cinéma (mise aux normes électriques).

7-  LE SPORT / Associations Sportives

  • Associer les jeunes et les associations sportives à la réflexion pour la création d’espaces de loisirs.
    Par exemple :
       - un city-stade 
    VOIR
       - un skate-parc
      VOIR
      
    - un plateau sport/santé  VOIR
  • Privilégier et entretenir un lien étroit avec les associations sportives.
  • Développer les coopérations avec les communes voisines.
  • Développer l'esprit sportif autour d'une fête annuelle en partenariat avec les associations.

8-  LES FINANCES ET LA GESTION

Nous envisagerons  une gestion financière raisonnée et sincère, c’est-à-dire:

  •  La transparence totale dans la gestion des comptes et du financement des projets de la commune.
  • Une volonté de contenir les taxes municipales.

Voilà pour les grandes lignes de notre programme. Tous les sujets nous intéressent.

Nous ne serons pas des figurants mais bien des acteurs, prêts à donner de notre temps et de notre énergie, dans l’intérêt de notre village.

Une boite mail a été mise à votre disposition afin que vous puissiez vous exprimer librement et en toute confidentialité.

 


 

La liste "ALTERNATIVE LITOISE"

 

POURQUOI CETTE INITIATIVE ?

Sud Ouest du 10 janvier 2014  VOIR

Réunion publique du 16 janvier 2014 - Discours de Pierre JUYON

Ce que je vais vous expliquer n’engage que moi, les personnes qui m’ont rejoint dans cette initiative ont chacune leurs motivations, pas forcément identiques sur le fond, mais convergentes sur la forme vers la défense du bien commun.

Lit et Mixe, ce sont mes racines, profondes, ancrées par ces générations qui se sont succédées, œuvrant à l’épanouissement de notre petit village et soucieuses de transmettre un héritage, héritage des valeurs morales, du travail, du dévouement, du partage, mais aussi et surtout héritage d’un instinct, un instinct de liberté qui nous caractérise, nous, Gascons, par un amour de la nature, de jouissance des grands espaces. Il nous attache à notre Terre, cette Terre qui appartient à ceux qui y vivent, qui la respectent, qui la partagent, cette Terre qui, à tous ici, NOUS appartient.

Mais cet instinct de liberté, c’est aussi le moteur qui fait avancer nos vies, liberté de penser, liberté d’exprimer, liberté de choisir, tout ce qui conditionne notre qualité de vie et que nous avons à cœur de préserver.

Pourtant, depuis quelques temps, ce moteur a des ratés, il ne tourne pas rond, il tousse.

Sans m’engager dans une analyse qui sera faite un peu plus tard, je retiendrais qu’un manque évident de concertation et de transparence, de choix malheureux et de mauvaises décisions unilatérales, ont suffisamment bousculé cette qualité de vie, à force d’argent public dispendieusement avalé dans des projets contestables, pour m’interpeller sur la nécessité que quelque chose devait se faire dans notre commune. L’idée s’est alors mise en gestation.

Et puis, il y a eu ce rapport, édifiant, de la Chambre Régionale des Comptes, remis en 2009 et découvert par hasard sur Internet.
Etonnamment, il est resté secret.
On y découvre une commune sérieusement endettée.
Elle échappera de justesse à la sanction d’une mise sous tutelle par la vente exceptionnelle d’une partie de son patrimoine absorbant la dette d’une gestion hasardeuse pour ne pas dire inconsciente depuis plusieurs années.

Ce rapport suffit à lui seul pour justifier l’augmentation régulière de nos impôts locaux.

Cette découverte sera déterminante pour me convaincre de constituer une liste alternative à présenter aux prochaines élections municipales.

Mais une telle décision ne se prend pas à la légère. Constituer une liste, c’est s’engager soi-même avant d’engager les autres, c’est intégrer l’idée qu’au terme, il faudra peut-être la conduire. Il faut alors bien réfléchir à la possibilité de consacrer le temps nécessaire à assumer ce rôle.

Ma nouvelle vie m’a offert la liberté de jongler entre activité professionnelle et développement de projets personnels, me laissant ainsi toute latitude à pouvoir rapidement consacrer du temps pour tout autre chose et pourquoi pas le mettre à profit pour servir ma commune.

J’ai commencé ma prospection en décembre 2012, tâté le terrain comme on dit et j’ai rencontré un mécontentement largement partagé.

Je proposais l’idée de constituer une liste « sans étiquette », le terme « apolitique » régulièrement employé ne me semblant guère adapté, chacun apportant ses idées en toute indépendance en fonction de sa sensibilité.

Un groupe d’associations de compétences avant tout, représentatives de toutes les générations, géographiquement bien réparties et fermement motivées à faire évoluer collégialement notre village.

Notre profession de foi se résume à 4 mots :

       -         Ecoute

       -         Concertation

       -         Transparence

       -         Ouverture

Nous serons animés d’un même objectif : la défense de l’intérêt général, la garantie de notre qualité de vie et le renforcement du lien social par l’ouverture à la diversité de la culture et du sport sous toutes ses formes.

Si au départ l’idée m’inquiétait quelque peu, les connaissances acquises durant cette année de recrutement et l’assurance des compétences qui m’entourent m’ont suffisamment conforté  pour avancer ma candidature à la fonction de Maire.

Il n’y en a pas d’autre dans le groupe.

C’est au total plus de 80 personnes qui ont été rencontrées, toutes ont affirmé leur soutien, 18 ont accepté de nous suivre.

Je les remercie chaleureusement pour leur engagement.

 



 Suivez-nous aussi sur Facebook:  
 

ALTERNATIVE LITOISE
Un Maire pour Lit, pour Mixe
et pour tous les quartiers de la commune